Général

Les chats peuvent-ils avoir du ketchup

Les chats peuvent-ils avoir du ketchup

Les chats peuvent-ils avoir du ketchup à leur dîner ? Eh bien, je suis sûr que vous connaissez cette question. Et quand il s'agit de chats, la réponse est oui. Bien sûr, vous le faites. C'est juste un fait de la vie. Mais vous pensez probablement que je suis fou aussi. À bien des égards, je le suis. Mais il y a quelques jours, mon esprit fou a explosé dans le très bon sens.

Vous voyez, j'ai fait un voyage ces derniers temps, un voyage qui consiste à la fois à essayer de savoir où vivent réellement les chats, tout en cherchant également à découvrir qui vit en moi. Vous savez, une sorte de chat à l'intérieur d'une chose humaine. C'est ce qu'on appelle "la folie des chats".

Nous savons que nous avons des chatons parce qu'ils sont mignons et câlins. Mais à quoi ressemble leur monde réel ? Est-ce grand et effrayant? Quels sont leurs siestes, leurs bouffes, leurs jouets et leurs lits préférés ? Sont-ils sûrs et sécurisés ? Que mangent-ils vraiment ? Aiment-ils le brocoli et les carottes ?

C'est un mystère que nous n'arrivons tout simplement pas à comprendre. Ils continuent de nous donner des indices mais ils sont très difficiles à suivre. Ils nous font deviner mais il n'y a jamais de réponse claire. Nous sommes dans une aventure qui ne ressemble à rien de ce que j'ai fait auparavant.

Mais je suppose que nous devrions parler d'où viennent les chats. Je vais partager cette histoire parce qu'il est important de se rappeler que lorsque nous sommes tous pris dans la folie folle des chatons, il est facile d'oublier d'où tout cela vient. Et je suis une créature d'habitude. J'aime voir les choses dans l'ordre.

Un matin vers 7 heures du matin, le monde s'est ouvert et une idée m'est venue à l'esprit. Je voulais écrire un article pour une station de radio d'Ottawa qui mettait en vedette des chatons et je savais que l'animateur de l'émission matinale de la station, Jamie St. James, serait une bonne personne à interviewer.

J'ai décidé de faire un chat en direct sur son émission et de partir de là. Je connais Jamie depuis longtemps et il fait partie de ces gars qui ont toujours été drôles, amicaux et attentionnés. J'avais l'impression que si nous pouvions établir une connexion, notre public l'adorerait. Alors je l'ai invité.

C'était un gros risque. A cette époque, j'étais encore assez nouveau dans le monde du podcasting. Je n'avais pas encore mis de podcast sur le web. Je n'avais jamais eu qu'une courte conversation avec une poignée de stations de radio. Je ne connaissais rien au médium. C'était angoissant de discuter, car je suis sûr que la plupart des gens qui lisent ceci n'entendront jamais l'émission. Je doute que quiconque à l'extérieur d'Ottawa ou de l'Ontario regarde vraiment son émission ou que je sois interviewé. Mais j'ai tenté ma chance. Je pensais que c'était quelque chose que je devais faire et j'espère que cela a contribué à sensibiliser à l'adoption des chatons, ainsi qu'aux autres personnes formidables de Big Cats Too. C'était l'un des plus grands défis que j'ai dû surmonter, mais je suis heureux de l'avoir fait.

L'entretien s'est bien passé. C'était très amusant et ça s'est terminé par un bon rire. Après cela, j'ai eu envie de créer plus de contenu. J'ai pensé qu'un podcast pourrait être une bonne idée. J'ai contacté deux des personnes que j'ai écoutées qui avaient déjà un podcast, afin que je puisse apprendre les bases. Je les ai interviewés, j'ai écrit un scénario et j'ai commencé à créer. Mon objectif était d'avoir quelque chose à mettre en ligne d'ici ce week-end. Je pensais que je serais capable de créer le spectacle en une journée environ. Cela s'est avéré être plus comme un jour et demi. Au moins un jour et demi. Je ne suis pas un producteur de talk-show. Je n'ai jamais rien produit auparavant. J'avais juste une vague idée du fonctionnement d'un talk-show, alors j'ai pensé que je le ferais voler.

Je suis content de l'avoir fait. C'était bien amusant. Les gens apprécient le spectacle. Il y avait des rires. Je reçois beaucoup de soutien. C'est ainsi que je peux diffuser le message de l'adoption des chatons. Je reçois beaucoup de retours positifs. Je reçois même beaucoup de bonnes notes. Merci à tous ceux qui écoutent et d'avoir lu le message dans le titre. Je devais faire ça pour faire passer le mot. Merci de partager ceci.

J'ai commencé le spectacle fin novembre. À ce stade, j'ai plus de 20 épisodes. La plupart durent deux minutes et demie. Certains sont plus longs. J'ai fait cinq interviews, dont moi. J'ai parlé à mes parents, à mes voisins, à quelques personnes que j'ai interviewées. J'ai eu un soutien et un intérêt énormes. Je suis très reconnaissant. Je ferai plus d'interviews et je ferai plus d'interviews de moi-même. Cela semble approprié puisque je fais beaucoup d'auto-analyses sur la série. Cela a été un voyage intéressant pour moi.

Je veux finir fort. Si vous voulez écouter, n'hésitez pas. Allez sur le site de podcast sur ma page d'accueil, tapez mon nom dans le champ de recherche, puis faites défiler jusqu'en bas de la page et cliquez sur le petit bouton bleu « s'abonner ».

Depuis les élections, je suis aux prises avec ce que je pense être un trouble de stress post-traumatique. Tous les facteurs de stress des dernières années ont atteint leur paroxysme. Je suis accablé. Je ne sais pas si je me sentirai à nouveau moi-même. Je tiens à remercier tous ceux qui ont pris du temps pour être dans ma vie et qui continuent de me soutenir.

Ma famille sait que je fais ça, mais je ressens toujours une certaine honte à ce sujet. Peut-être parce que j'ai l'impression d'avoir échoué aux yeux de ceux qui attendent le journaliste de haut niveau. J'ai entendu certains d'entre vous dire « le premier amendement doit être respecté ». Je ne pense pas. C'est important.

Nous sommes tellement vulnérables à cette époque. Ce n'est pas le moment d'arrêter d'essayer de faire passer notre message. C'est le moment de faire passer notre message. Je ressens le besoin de vous écrire pour pouvoir traiter. J'ai l'impression d'avoir besoin de votre soutien. Je suis.

Je ne veux jamais que ce soit l'histoire de John Phillips. Et je suis plus déterminé que jamais à faire passer mon message. Si cela signifie qu'il est plus difficile pour moi d'occuper un emploi normal, si cela signifie que je ne suis pas aussi bon dans ce domaine que je le voudrais, alors qu'il en soit ainsi.

Le droit à la liberté d'expression est l'un des piliers de notre démocratie, et le droit à la liberté d'expression doit être protégé par tous. Le droit à la liberté d'expression n'équivaut pas au droit de faire quoi que ce soit. Je ne dis pas que quiconque dans la salle de rédaction a fait quelque chose de mal ou aurait été licencié si cela ne s'était pas produit.

C'est ma conviction que lorsque j'ai commencé ce blog, je cherchais une communauté où je pourrais apprendre et partager mes idées. Maintenant, je veux me connecter avec les gens. J'ai vu tellement de commentaires sur ce sujet de la droite et de la gauche. C'est dur pour moi d'écrire et c'est dur pour moi d'écouter les mots