Général

Colonne vertébrale osseuse de chat plus âgé

Colonne vertébrale osseuse de chat plus âgé

Syndrome de la colonne vertébrale osseuse du chat âgé : une série de cas {#jvim15090-sec-0001}

=========================================

Le but de cette étude était de décrire les caractéristiques cliniques, radiographiques et histopathologiques de la maladie de la colonne vertébrale chez deux groupes de chats âgés ayant subi une décompression de la moelle épinière (SCD).

*Cas 1* : Une chatte domestique de 12,5 ans, pesant 5,4 kg (du 3e au 8e centile), a été référée avec des antécédents de paraparésie progressive, d'inappétence et de diminution de l'activité pendant 4 mois. A l'examen physique, le chat avait pn sur la manipulation de la tl. L'examen neurologique était compatible avec une ataxie rachidienne. Les radiographies thoraciques ont révélé une ostéoporose lombaire diffuse. Le chat a été traité avec 2,5 mg/kg de butorphanol[1](#jvim15090-note-0001){ref-type="fn"} par voie sous-cutanée pour analgésie et méloxicam[2](#jvim15090-note-0002){ref-type ="fn"} 0,3 mg/kg per os (PO) pour l'analgésie. Un deuxième examen radiographique a révélé une fracture incomplète au disque intervertébral T8/T9 (IVD). Une décision chirurgicale a été prise pour décompresser la colonne vertébrale. Une laminectomie caudale de T6 à T10 a été réalisée. Un total de 3 ml de sang autologue a été prélevé dans l'artère brachiale gauche du chat et injecté dans le canal rachidien pendant l'intervention chirurgicale pour faciliter la repr dural. Le sang a été injecté sous haute pression (600 psi) avec l'aiguille pointant vers caudale et retiré immédiatement. Le chat s'est bien remis de la chirurgie avec une légère amélioration de l'ataxie, cependant, le propriétaire a signalé une amélioration des niveaux d'activité et de la prise alimentaire du chat, et l'état du chat s'était stabilisé après sa sortie.

*Cas 2* : Une chatte domestique de 12 ans, pesant 6,5 kg (<,3e centile), a été référée avec une histoire de 5 mois de paraparésie progressive, d'incontinence urinaire et de diminution de l'activité. A l'examen physique, le chat avait pn sur la manipulation de la tl. L'examen neurologique était compatible avec une ataxie rachidienne. Les radiographies thoraciques ont révélé une ostéoporose lombaire diffuse avec érosion du corps vertébral T11. Le chat a été traité avec du méloxicam[2](#jvim15090-note-0002){ref-type="fn"} 0,3 mg/kg PO pour analgésie. Une décision chirurgicale a été prise pour décompresser la colonne vertébrale. Une laminectomie caudale de T10 à T12 a été réalisée. Un total de 3 ml de sang autologue a été prélevé dans l'artère brachiale gauche du chat et injecté dans le canal rachidien pendant l'intervention chirurgicale pour faciliter la repr dural. Le sang a été injecté sous haute pression (600 psi) avec l'aiguille pointant vers la caudale et retiré immédiatement. Le chat s'est bien remis de la chirurgie avec une légère amélioration de l'ataxie, cependant, le propriétaire a signalé une amélioration des niveaux d'activité et de la prise alimentaire du chat, et l'état du chat s'était stabilisé après sa sortie.

A l'autopsie, les colonnes vertébrales des deux chats avaient été exposées via une hémilaminectomie paramédiane gauche de T6-T10. Les corps vertébraux étaient gris-blanc pâle à brun rouge. Il y avait des modifications dégénératives modérées à sévères de la surface articulaire des articulations crânienne et caudale de toutes les vertèbres lombaires (L3--L6) et de la plupart des vertèbres cervicales (C2--C6). Il y avait une ostéoporose diffuse de la colonne vertébrale et des disques intervertébraux de la colonne lombaire et thoracique (T11--L5), y compris la région lombo-sacrée fusionnée. Il y avait une formation d'ostéophytes à la base des pédicules crâniens et caudaux des vertèbres lombaires. Aucun signe de néoplasie n'a été identifié à l'examen macroscopique ou histologique.

Histologiquement, les épines des deux chats présentaient une ostéoporose étendue avec remplacement de la moelle osseuse par du tissu conjonctif fibreux. Le cartilage articulaire des deux chats était épaissi et fibreux. Chez le premier chat, il y avait une zone de tissu chondroïde à la jonction du cartilage articulaire et du remplacement de la moelle osseuse du corps vertébral adjacent. Le tissu chondroïde avait une matrice chondroïde dense avec une vascularisation abondante. Le deuxième chat avait de petits îlots cartilagineux de chondrocytes à la jonction du cartilage articulaire et du remplacement de la moelle osseuse.

Ces cas sont les premiers rapports de cas décrits de drépanocytose chez les chats âgés. Les deux chats présentaient des modifications dégénératives importantes du cartilage articulaire des corps vertébraux et des disques. Les cas ont également montré une ostéoporose étendue de la colonne vertébrale et des disques intervertébraux. Le cartilage articulaire du premier chat était chondroïde et celui du deuxième chat était chondroïde avec des îlots de cartilage. Les auteurs émettent l'hypothèse que la SCD induit une réaction de type chondroïde dans le cartilage articulaire qui conduit à l'ostéoporose et à l'érosion du corps vertébral.

Chats âgés atteints d'une lésion de la moelle épinière : une revue de la littérature {#jvim15090-sec-0002}

==============================================================

*Rapports de cas* : Chez les chats plus âgés (>,8 ans), la paraplégie a été décrite après un traumatisme pénétrant ou pendant la récupération de l'anesthésie.[2](#jvim15090-bib-0002){ref-type="ref"} , [3](#jvim15090-bib-0003){ref-type="ref"}, [4](#jvim15090-bib-0004){ref-type="ref"}, [5](#jvim15090- bib-0005){ref-type="ref"}, [6](#jvim15090-bib-0006){ref-type="ref"}, [7](#jvim15090-bib-0007){ref-type ="ref


Voir la vidéo: Eläinkerho. osa 2. kissojen hoito (Janvier 2022).