Général

Chien chinois à crête le plus laid

Chien chinois à crête le plus laid

Le chien chinois à crête le plus laid du monde

Un chien chinois à crête (parfois appelé chien CWu ou chien Panda roux) est une race extrêmement rare et ancienne de chien d'origine asiatique. La race n'a jamais eu son propre nom standardisé, mais elle a été connue sous le nom de chien panda rouge, chien dragon, chien chinois à crête, chien CWu ou CWu Shan Shou ou chien paon à Hong Kong et à Macao. Bien qu'il ne soit pas aussi commun que son parent plus familier, le chien Chow Chow, il est néanmoins connu comme le chien le plus laid du monde.

Histoire

Origines

Le chien chinois à crête est une race extrêmement ancienne qui a reçu peu d'attention et de documentation. Selon le livre "Fifty Years' History of the Chow Chow Dog" de MW Sargeant, il n'y a pas de documentation claire sur l'origine de la race, bien que le livre souligne qu'il existe une "tradition de la race en cours de développement dans les provinces du nord" dès la dynastie Zhou (BC 1050-256). Le livre souligne également qu'il existe « de nombreuses indications » qu'« il existe un lien avec les anciennes races tartares et mongoles » ainsi qu'avec les « chiens Bjiu du Shandong ». Un livre ultérieur, "Le chien chinois: une étude de sa nature, de ses races et de son histoire", note également une relation avec les chiens Bjiu, mais dit cependant qu'"aucun chien n'a été trouvé qui ressemble plus aux chiens Bjiu, et est considéré comme leur ancêtre direct, que le chien chinois à crête". Le livre indique ensuite que "la seule raison de supposer que le chien chinois à crête est l'ancêtre du chien Bjiu est qu'il aurait été utilisé comme chien de chasse par des chasseurs nomades dans le nord de la Chine, et que cela pourrait expliquer son coloration et sa similitude avec les chiens Bjiu." Le livre indique également que la race « a une très petite aire de répartition et se trouve principalement dans les provinces du Hunan, du Hubei et du Sichuan, dans la zone frontalière nord de la province du Shandong, au nord du fleuve Jaune ». Le livre poursuit ensuite en notant que la race n'est pas une race "sportive" mais plutôt un "chien de compagnie et d'utilité" qui "a été utilisé comme chien général par les habitants des régions rurales de Chine" et " c'est pour cet usage que le type original et vrai de la race a été développé."

Évolution

Il existe trois théories généralement acceptées du développement de la race. La première est que la race a évolué à partir du chien chinois à crête, également connu sous le nom de chien panda rouge. La seconde est que la race a évolué à partir du chien Chow Chow, qui est généralement accepté comme le chien le plus laid du monde. La troisième est que la race est une combinaison des deux races, bien qu'il n'y ait aucune preuve définitive de cette théorie. La théorie des origines de la race en tant que mélange des deux races est en outre mise en évidence par le manque d'apparence cohérente de la race et le fait que, bien qu'il soit connu sous le nom de chien panda rouge, il n'a "jamais eu le nom de panda rouge en Chine », selon le livre « A Study of the Chinese Crested Dog » de SCM Wong et DM Wright, et « il n'y a jamais eu de nom par lequel le panda roux chinois pourrait être spécifiquement identifié. En fait, la seule preuve de la race n'ayant jamais été spécifiquement appelé par un nom quelconque, se trouve dans un passage d'un livre du XVIIe siècle intitulé "Fifty Years' History of the Chow Chow Dog", qui est reproduit dans le livre de WH Wilson (1879)." Selon le livre "A Study of the Chinese Crested Dog", le premier registre de race pouvant être retracé remonte à 1896, lorsqu'une "société canine" a été fondée "dans le seul but de réglementer l'élevage de ce chien unique". Le livre souligne également qu'à la fin des années 1930, le premier club de race a été fondé et qu'en 1956 le gouvernement chinois a commencé « à prendre des mesures pour réglementer la race et contrôler l'élevage ». Le livre poursuit ensuite en indiquant que, bien que la race n'ait pas de standard strict, "il est possible d'affirmer qu'il existe un accord général sur la forme, la couleur et l'apparence générale de la race".

Le manque de popularité de la race est également mis en évidence par son manque de "structure corporelle bien définie", selon le livre "The Chinese Crested Dog", qui indique que la race a "un corps et une tête très longs, avec un cou très court et les jambes", bien qu'il note que "la tête est généralement longue et triangulaire avec une pointe vers le museau". Le livre note également que "le tl est porté dans une position très droite", la pointe étant "environ à mi-hauteur du dos, les heures étant dirigées vers le haut à la manière chinoise caractéristique". Le livre indique également que "les oreilles sont grandes, semi-ovales, pointues à l'extrémité et suspendues sur le côté de la tête". Le livre poursuit ensuite en indiquant que "les yeux de la race sont grands, bruns ou parfois noirs, avec du blanc autour de l'iris. Les yeux ont l'air intelligents, doux, alertes, mais quelque peu tristes". Le livre indique également que "le pelage est généralement rouge, avec des marques noires et grises", mais que "la couleur peut varier en presque toutes les nuances, du rouge rouge vif au crème pâle". Il note également que la race a "une double couche très courte, grossière, dure et au goût fort, ce qui lui donne un aspect et une sensation rugueux". Il est également noté que la race n'est "pas facile à laver et à nettoyer" et "si le propriétaire ne fait pas attention, le pelage peut se déchirer ou se salir". Le livre souligne également que bien que "le pelage soit très résistant, il n'est pas imperméable" et que le pelage "ne tombe pas mais est facilement emmêlé et mat". Le livre indique également que "le pelage peut devenir sec et crépu" et que cela "est très visible par temps froid". Il est également noté que la race n'est "pas encline à souffrir des puces et des acariens" et que "le pelage est très résistant aux intempéries" et "ne s'emmêlera pas


Voir la vidéo: Avec Léo, chien chinois nu à crête, je soutiens Yvonne Belin et son Alice-Ribbon Project (Décembre 2021).